IMGL5737 IMGL5747 IMGL5751 IMGL5758 IMGL5766 IMGL5771 IMGL5787 IMGL5790 IMGL5795 IMGL5803 IMGL5804 IMGL5808 P1160553 P1160595

(Cliquer sur les vignettes pour les agrandir)

 

DISCOURS DE M. LE MAIRE POUR LES VOEUX visual lightbox for MACby VisualLightBox.com v6.12017

Mesdames et Messieurs

Ce soir, nous avons le plaisir de recevoir :

- Les Maires de notre Communauté de Communes et des communes voisines.
- Mesdames et Messieurs représentants les différentes administrations et corps d’états.
- Mesdames et Messieurs, responsables d’entreprises, acteur du Monde Médical et paramédical, artisans, commerçants, enseignants et toutes nos associations, et surtout vous tous, Guernouillats, qui avez souhaité partager avec nous ce moment que nous souhaitons convivial.

Je dois cependant vous présenter les excuses de :   

Monsieur LEAUSTIC Ronan, Sous-Préfet  Monsieur LEFEVRE Antoine, Sénateur Maire de Laon  Monsieur DAUDIGNY Yves, sénateur de l’Aisne  Monsieur COULON Christophe, Vice-Président de la Région Hauts de France  Monsieur FRICOTEAUX Nicolas, Président du Comité Départemental  Monsieur LANGRENET Claude, Maire de Charly-sur-Marne  Madame HOCHET, Maire de Villiers Saint Denis  Madame CLOBOURSE Elisabeth, Maire de Coupru qui est sur la route et trop loin pour nous rejoindre  Madame JOSIELOWSKI, Directrice de l’Ecole de Chézy

 

Mesdames, Messieurs, 

Le Conseil Municipal de Chézy vous remercie de votre présence, au retour dans notre village de la traditionnelle  cérémonie des vœux.

L’an dernier, pour des raisons évidentes de respect pour les victimes des attentats, nous avions décidé de ne pas satisfaire à ce rituel (cependant, nous avons reçu quelques coups de téléphone de mécontents). Malgré l’état d’urgence renforcé, nous avons donc décidé de vous accueillir ce soir.

Vous avez constaté l’absence de blocs de béton pour votre sécurité comme sur les Champs Elysées récemment.
Sans matraquage médiatique, nous avons réalisé cet « exploit national » à l’occasion de la mise en sécurité des fêtes du Patrimoine en septembre et de notre foire au mois de Novembre.
Il est vrai que nous avons utilisé des « big bag » de grève            d’1 tonne 5 et non les blocs de béton « spécial attentat ».
Nos dossiers de sécurité pour la foire et les fêtes du Patrimoine ont été mis à l’honneur par les services de l’Etat.
Je tiens à féliciter et remercier tous les rédacteurs des documents et tous les acteurs pour leur mise en œuvre.
Nous étions plus de 50 bénévoles à assurer votre sécurité pour ces manifestations (certains avaient des amplitudes de présence proportionnelles à leur grade et fonction).
Remercions également la ville de Château-Thierry et les établissements GEDIMAT BRAY pour le prêt des barrières et des « big bag » de grève.
Pour 2017, nous ferons un copier/coller pour mettre en place nos manifestations, bien évidemment, nous n’oublierons pas de changer les dates… 
Au nom de la Municipalité, je vous souhaite à tous une année 2017 plus agréable que 2016. Notre souhait le plus cher est qu’il vous conserve ou vous redonne la santé…

Ce vœu, en cette fin de mois, d’une banalité évidente, je veux, vous l’exprimer avec toute ma sensibilité, l’espoir et la grande envie qu’il se réalise.
Comme certains, afin de captiver votre attention, je pourrai utiliser l’anaphore ou comme d’autres employer l’épiphore…
Je laisse à ces grands orateurs, en quête de reconnaissance nationale, ces figures de style, je ferai comme à mon habitude, simplement et sincèrement.
2016 se termine avec la mort programmée des petites voir des moyennes communes…
Si aucun grand dirigeant politique n’a osé le dire et encore moins le faire, ce qui peut se comprendre ; cette réorganisation de notre territoire : la loi « Nôtre » se met en place et nous pouvons déjà constater certaines de ses limites.
Construction de grandes régions dont certains périmètres ne semblent pas convenir à tous. Décision sans grande consultation…sans prise en compte des bassins de vie…
Mise en place de grandes agglomérations ; fusion des Communautés de Communes, là encore, décision mathématique…
Maintenant, nous assistons à l’installation des gouvernances sans avoir pris le temps de mettre en place auparavant les structures et les moyens. Nous entendons de-ci de-là « on verra après, quitte à rendre aux communes les compétences mal partagées dans la nouvelle entité, soit ; mais, comment pourront-elles absorber ce désengagement ? »
Chacun s’accordera à dire que le temps manquait, ce qui n’est pas totalement faux.

Notre communauté de communes de 15 000 habitants, la C4, parfois nommée « Les Gaulois irréductibles du Sud de l’Aisne » a choisi de vivre le plus longtemps possible uniquement avec ses problèmes et ils sont de taille suffisante pour nous ; et surtout, essayer de ne pas payer des services qui ne nous seront jamais rendus dans un territoire quintuple.
Cependant, cette loi « Nôtre » est génératrice, dès maintenant, de bien des soucis dans nos petites collectivités.
Nous avons refusé de payer 100 000 euros au « Citélium » soit environ 4 à 5 fois le coût d’utilisation optimal du complexe aquatique par les 15 000 habitants de notre communauté. 
Comment est-il possible de nous demander une aide aussi démesurée… je ne vois pas d’explications.

Pour information, notre commune assure la présidence d’un syndicat d’assainissement composé de 3 communes appartenant à deux structures territoriales bien distinctes. 
La loi de Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (G.E.M.A.P.I ) oblige les nouveaux Territoires et Communautés à prendre la compétence assainissement avant 2020. Certaines grosses structures d’assainissement sont déjà absorbées puisqu’étant mono territoires.
Le Sacab, tout petit syndicat, reste autonome, grâce à une faille de cette loi,  mais notre structure est condamnée, au plus tard, en 2020, à disparaître dans une intercommunalité. Assainis à 99,9 % en collectif et à 78 % en non collectif, vous comprendrez que nous nous défendons avec acharnement afin que nos adhérents, qui payent ce service depuis longtemps, ne financent pas prochainement la mise en place de l’assainissement dans les communes qui n’ont jamais rien fait malgré la loi qui les obligeaient ou que nos effluents soumis à épuration soient taxés plus que de raison pour payer des investissements ; donc des emprunts, dont ils ne sont pas générateurs. 
Malgré plusieurs réunions, de fortes pressions, une récente approche de temporisation de la Sous-Préfecture ; l’acte de vente du SACAB n’est toujours pas signé et il le sera dès que nos adhérents seront certains de ne pas être pénalisés et d’intégrer une structure capable de les accueillir juridiquement. La logique serait une intégration dans la C4 avec une convention de traitement des effluents dans la Com. d’agglo de Château-Thierry.

Un autre exemple concret qui nous frappe de plein fouet.
Les aides départementales au fonctionnement des restaurants scolaires, ne peuvent plus être versées aux communes regroupées sur le groupe scolaire de Chézy, ce qui représente une augmentation importante par repas, supportée par les parents (3€) et une  perte de 30 000 € de subventions. La cantine se vide… A ce jour, nous constatons une baisse de 30 % de la fréquentation.
Quand les communes regroupées ne peuvent faire l’effort social pour leurs enfants, alors que Chézy le fait depuis toujours, ce système fait la joie des services à l’enfant souvent non règlementaires et non sécuritaires, qui conduira à des fermetures de cantines, de classes, d’écoles et inéluctablement à la suppression de postes. A ce moment, l’Etat fera le reproche aux petites communes de ne pas avoir su gérer. (Comme dans les compétitions sportives, l’élimination des plus faibles ou des plus petits se fait naturellement par l’arrière…merci la loi Notre).

Une probable obligation de regroupement en 2020, un renouvellement des élus pratiquement au ¾, nous laissent penser que cette réforme envisagée depuis plusieurs années aurait pu attendre encore un peu.

La solidarité a des limites… « Colbert disait : Faites payer les pauvres, ils sont plus nombreux » mais… c’est peut-être cela la loi « Nôtre »…

Gardons notre optimisme, notre envie d’investir, notre détermination à exister malgré ces mauvaises nouvelles et les baisses constantes des aides de l’Etat. 
Quand elles déclineront naturellement ou règlementairement, il sera très urgent de continuer à résister sinon nous disparaitrons…
Avant cette échéance, ou en sommes-nous ?....

Les travaux de restauration des 12 voûtes de l’église, qui étaient prévus sur 19 ans, ont été réalisés sur une durée de 10 ans.
Nous remercions la Région et le Département pour la rapidité de leur subventionnement ou leur envie de se débarrasser d’une commune insistante et très motivée. (30 000 € par voûte).
L’Architecte des Bâtiments de France nous propose un diagnostic pour programmer ce qu’il reste à faire (toiture, deuxième partie du clocher, murs intérieurs et sol) soit une étude d’un coût de 60 000 € pour nous persuader et nous inviter à dépenser sûrement plus de 800 000 €. Nous pensons qu’il est raisonnable de différer ce projet et de payer la restauration de l’orgue qui est en cours, soit 90 000 €.

Nos investissements, pour la culture seront donc en retrait pour quelques temps…

Deux tranches de travaux d’enfouissement des réseaux ont été réalisées route des Roches en 2016.
- du Moncet jusqu’au pressoir
- et du pressoir jusqu’au début de la rue Robert Gerbaux pour un coût de 330 000 €.
Les fils nus ont disparu ainsi que les poteaux béton laissant place à un éclairage public à économie d’énergie.  La beauté et la sécurité n’ont pas de prix…
En 2017, les enfouissements continueront par la fin du chemin du CSA jusqu’au lavoir des Roches et en 2018, la fin de la route des Roches jusqu’à Ragrenet.  Plus de deux kilomètres d’enfouissement des réseaux seront réalisés en 7 ans, ce qui représente environ par an :          300 mètres linéaires équivalent à 220 000 €.
Pour l’ensemble du lotissement, l’étude d’enfouissement des réseaux et rénovation de l’éclairage public est en cours. Là, également, les travaux seront à prévoir sur plusieurs années.
Votre patience sera récompensée par la mise en place d’éclairage « nouvelles technologies « LED » ».

Un autre très gros chantier entre dans sa troisième phase, ce sont les travaux hydroviticoles. Longtemps attendus…jamais abandonnés et depuis deux ans, ils sont en cours…
Mais nous restons toujours très près du terrain, un petit caillou peut provoquer de gros dégâts. En 2016 : le bassin « D3 », situé au dessus des habitations collectives a été réalisé. Sur cette tranche, il reste à agrandir le bassin du lotissement des Royaux et quelques aménagements du chemin en béton.
Une bonne entente de toutes les parties concernées (commune, vignerons, financeurs et entreprises) nous a permis de réaliser des travaux sécuritaires non prévus comme l’aménagement de la ravine du chemin des Berges, grâce à des économies sur ce bassin (15 000 €).
En 2017, le bassin « C6 bis » en haut de la route de Roches, un dépierreur et une canalisation des eaux de ruissellement d’un diamètre de 1000, route de la Halte sont au programme.
Ce bassin « C6 bis », plus facile d’accès et d’entretien que le bassin initialement prévu à Ragrenet, a été possible grâce au don à la commune de deux parcelles par Madame FLIZOT et l’aménagement du chemin de la Halte et de sa continuité par une autorisation de passage chez Madame SIMON.
Nous tenons à remercier publiquement ces « Guernouillats » pour leur générosité qui permettra la réalisation des travaux de mise en sécurité des personnes et des biens en cas d’orage.
Espérons que toutes les personnes concernées par les travaux hydroviticoles à venir aient également un sens civique aussi développé et non mercantile…

En résumé, oui aux travaux… mais chez les voisins…

Depuis trois ans, nous arrivons chaque année, à autofinancer 300 000 euros de travaux hydroviticoles. Sauf très gros problème, en 2017 et 2018, nous continuerons, réalisant ainsi plus de 80 % de travaux sans emprunt.
Là encore, soulignons la bonne cohésion avec nos financeurs et surtout les entreprises.
Souhaitons pouvoir faire la même chose en 2019 et nous serons pratiquement à la fin des travaux…sûrement pas des ennuis…

Ce plan de financement vous a été détaillé dans le bulletin municipal spécial budget en début d’année 2016.
Nous envisageons une visite de chantier et de ces réalisations pour tous les Guernouillats. Elle se fera au Printemps, si possible par temps sec, et nous vous informerons en temps utile de la mise en place de cette visite.
Pour mémoire, nous citerons quelques autres petits travaux et dépenses 2016 :

Pont de Grand Ru, récemment déstabilisé suite aux inondations de 2009.
Achat de mobiliers scolaires (2 classes) participations des communes du RPI.
Acquisition d’un nettoyeur haute pression (spécial voirie).
Equipement de matériel de sécurité pour nos services techniques  et surtout dans le cadre du « zéro phyto », achat de binettes.  
Bornages et défrichages des terrains achetés pour les travaux hydroviticoles.
Soit pour 2016, un bilan financier d’investissement de 920 000 €.

Autres petits travaux à réaliser en 2017 :

Enfouissement des réseaux au Grand Lucquis, Route de Nogentel.
Mise en place des 4 dernières horloges astronomiques sur l’éclairage public. (Pour information, il faut plus d’une heure pour mettre en marche forcée tout l’éclairage du village).
Avec l’USEDA, nous étudions actuellement grâce aux nouvelles technologies, la mise en place du « Bouton du Maire » permettant l’allumage immédiat de tout le village en un seul point.
Cela est plus facile à envisager qu’à mettre en œuvre.

Dès le printemps, réfection de l’entrée du chemin de la Croix Brodart et remise en état de la chaussée de la rue de Harzé.
Création d’un arrêt de bus scolaire à Saint Jean.
Réfection des cours de tennis, vieux de 30 ans, dès la fin des compétitions.
Remplacement de la chaudière à l’école primaire et gestion programmée des systèmes de chauffages des bâtiments communaux (grâce aux nouvelles technologies). 
Mise en place d’une borne de recharge pour véhicule électrique (début Février).
Réfection des marches extérieures de l’église.

L’ensemble de ces travaux laisseront à la commune une charge de 150 000 €.
Ces « petits travaux » et les gros chantiers, précédemment cités, nous conduiront en 2017 à plus de 950 000 € d’investissement, dont 500 000 € d’autofinancement : sommes déjà prévues à l’ébauche du budget primitif.

Tous ces travaux se feront, jusqu’à ce jour, sans emprunter. Le dernier emprunt a été contracté en 2009 où les inondations nous avaient obligés à réaliser 1 million de travaux non prévus.
Je n’oublierai pas la connectique : phénomène désormais incontournable, même chez vous… dans le moindre recoin…

o Mise en place de compteurs intelligents en 2016 pour l’eau, l’électricité (LINKY) et le gaz (GAZPAR) en 2017 et 2018.
o Et surtout…l’arrivée de la fibre optique en 2017 permettant le très haut débit chez soi entre 8 et 100 Giga  (par exemple chargement d’un film en 2 minutes au lieu de 50 actuellement).
o  Pour les professionnels et industries, transfert immédiat de plans et images en trois dimensions et surtout en médecine, transfert des images et consultation à distance, si besoin, avec plusieurs praticiens. 
o Dès maintenant, des employés porteurs d’un gilet orange (manequin) sur lequel dans le dos est inscrit « R.A.I.S.O, Réseau Aisne Optique » vont faire « l’opération boîte aux lettres », c’est-à-dire le recensement de toutes les prises fibres optiques à poser sur le village. L’opération se terminera fin mai 2017. Le réseau fibre arrivera fin juin dans le Sud de l’Aisne, les armoires de raccordement des Nœuds Optique (RNO) seront posées simultanément.
Ne prenez pas peur des hommes aux gilets orange, si vous avez le moindre doute, demandez leur carte professionnelle ou téléphonez en mairie pour information.
Ils sont salariés de la Société Aisne THD, concessionnaire du réseau Fibre. (Je remercie Thierry HOUDART, son Directeur, présent dans la salle).
La pose de la prise chez vous et le raccordement au réseau principal ne vous seront pas facturés directement mais réglés par la collectivité en complément du déploiement du réseau pour une somme de 11 € par an, par habitant pendant 20 ans. 

Je remercie Georges FOURRE, notre Président de la Communauté de Communes d’avoir pris la compétence fibre optique. Cette mutualisation permettra de desservir toutes les communes et les écarts de notre territoire, qui ne pouvaient assumer cette dépense. Après plusieurs relances, notre communauté reste dans les délais.
Cet investissement pour notre avenir de plus de 200 millions d’euros, pour la première phase, place notre département dans le peloton de tête des Territoires Nationaux.
En effet, 88 projets départementaux sont actuellement déposés ou en cours. 23 sont validés, dont le nôtre et grâce à l’excellent dossier de l’USEDA, notre Syndicat a obtenu plusieurs subventions, Europe, Région, Département et une aide de l’Etat de plus de 50 millions plaçant notre dossier en 4ème position dans l’ensemble des dossiers déposés.
Il y a deux ans, quand nous avons présenté le projet aux communes, l’euphorie était très modérée, maintenant, depuis que la fibre est arrivée, tout le monde la veut demain chez lui.
Mais souvenez-vous, il a fallu près de 50 ans pour mettre l’électricité dans tous les foyers, 30 ans pour le téléphone et il faudra moins de 10 ans pour être raccordé à la fibre.
Alors soyez patients, en 2020 (sauf problème) notre programme de développement prévoit la fibre sur 80 % du département et en 2024, tout sera terminé, sachant que ces 20 % restants sont les communes dont le débit actuel est déjà important.
Managé par un Président énergique, animé par une équipe de Direction et de Techniciens forts compétents, il m’est très agréable d’être Vice-Président de l’USEDA et de travailler au développement de ce super projet.

Je terminerai ce long monologue : Que votre politesse qualifiera d’agréable…en remerciant le Conseil Municipal qui nous aide à prévoir tous ces investissements pour vous.
Je remercierai également l’ensemble du monde associatif qui fait vivre notre village et tous nos commerçants, artisans, médicaux, paramédicaux et le monde viticole qui font : « qu’il fait bon vivre à Chézy » et que notre village soit fortement apprécié dans tout le Sud de l’Aisne.

Sans vous Chézy n’existerait pas.

Associons-nous tous dans un même élan.
Que 2017 et les années à venir soient heureuses pour tous.
Nous renouvelons nos meilleurs vœux pour 2017, joie, santé à tous et à tous ceux qui vous sont chers…